Avis : Aeternia (tome 1) – Gabriel Katz

ChroniquesLitterature

Leth Marek, champion d’arènes, se retire invaincu, au sommet de sa gloire. Il a quarante ans, une belle fortune et deux jeunes fils qu’il connaît à peine. C’est à Kyrenia, la plus grande cité du monde, qu’il a choisi de les élever, loin de la violence de sa terre natale. Lorsqu’il croise la route d’un culte itinérant, une étrange religion menée par un homme qui se dit prophète, l’ancien champion ignore que son voyage va basculer dans le chaos. Dans le panier de crabes de la Cité mère qui prêche la Grande Déesse, où les puissants du Temple s’entredévorent, une guerre ouverte va éclater entre deux cultes, réveillant les instincts les plus noirs. La hache de Leth Marek va de nouveau tremper dans le sang…

 

Pourquoi ce livre ?

J’ai découvert Gabriel Katz avec La nuit des cannibales l’été dernier. Une lecture que j’ai bien aimé même si le style de l’auteur un peu cru m’avait déroutée. C’était aussi pour moi l’occasion de découvrir l’Urban Fantasy. Par ailleurs, depuis plusieurs semaines j’entends beaucoup parlé de  cet auteur avec sa série : La part des ombres. Sauf que La part des ombres fait référence à plusieurs protagonistes des précédents romans de l’auteur. Je n’avais donc pas le choix, et j’ai commencé par le premier tome d’Aeternia. Tout simplement parce qu’il était disponible à ma médiathèque !

L’histoire

Le récit débute sur le dernier combat du gladiateur Leth Marek. Un combat signant sa retraite et le début d’une nouvelle vie qu’il décide loin des arènes, à la Capitale. En parallèle, nous suivons un jeune prêtre (ou autre nom donné à une personne consacrant sa vie au culte) à l’ambition ô combien dévorante. Lors de son voyage pour rejoindre la capitale, Leth Marek va faire la rencontre d’une groupe religieux un peu obscure, et, totalement interdit par rapport à la loi en vigueur qui proscrit tout autre forme de culte. Les deux histoires vont finalement se rejoindre au cours du roman puisque se dessine les prémices d’une guerre de religion.

Mon avis

J’ai commencé ce livre juste après avoir lu Tokyo de Mo Hayder. Et force est de constater, c’était la meilleure lecture pour me changer les idées ! J’ai totalement adhéré à l’ambiance de ce roman. Plus jeune, j’adorais la période historique romaine, j’ai eu l’occasion de lire beaucoup de romans jeunesse sur cette période. Me replonger dans cette période mais avec un volet fantasy c’était un peu ma madeleine de Proust.

L’action est omniprésente, sans pour autant nous perdre. J’avoue que j’avais un peu peur de la description de scènes de batailles, et finalement c’est juste très bien dosé. Les dialogues sont incisifs et les personnages assez ambigus pour ne pas être trop détestables malgré leur défauts ! Bref un ensemble qui m’a totalement convaincu et que j’ai lu en moins de 3 jours, tellement j’étais à captivé.

La fin est incroyable avec une scène finale à laquelle je ne m’attendais pas du tout ! Surtout sachant qu’il y avait un tome 2. Malgré un petit cliffhanger, on a les réponses aux questions centrales du 1er tome. On pourrait s’arrêter là… mais c’était tellement bien que forcément j’ai couru acheté le tome 2 !

En bref, une série qui commence très bien pour moi, et qui me donne non seulement envie de lire le tome 2 très rapidement ( prévu pour le mois de mai )  mais aussi de découvrir les autres romans de l’auteur. Avant évidemment de m’attaquer à La Part des ombres. Gageons que ce sera fait d’ici fin 2018 !