Avis : Un noël en Sicile – Anne Perry

Calendrier de l'avent 2017ChroniquesLitterature

Île de Stromboli. Le solitaire James Latterly arrive à son petit hôtel en espérant que le ciel bleu, la douce brise et l’esprit de Noël lui changeront les idées.
Malheureusement, la compagnie – un acteur pompeux, un colonel guindé, des époux mal assortis et un vieillard malade – se révèle d’un ennui mortel. À une charmante exception près : Candace Finbar, jeune adolescente orpheline qui prend James sous son aile et lui fait découvrir les beautés de l’île. Mais le ciel limpide de Sicile se voile bientôt de nuages menaçants : une violente querelle, un gentleman désagréable qui clame être suivi, le volcan qui commence à s’agiter…
Puis c’est le coup de tonnerre : un corps est découvert, et James comprend que le tueur doit se trouver parmi les clients de l’hôtel.

Pourquoi ce livre ?

J’ai découvert Anne Perry l’année dernière avec Un noël à New York que j’avais plutôt bien aimé. En faisant du repérage en novembre à la Fnac, j’étais tombé sur ce nouvel opus. La couverture m’a clairement tapée dans l’oeil et j’étais plutôt intriguée à l’idée de découvrir une enquête en Sicile, sur l’île de Stromboli.

Mon avis

Le début du roman commence plutôt bien, on arrive très rapidement sur l’île et dans l’auberge de Stefano. Jusqu’à la connaissance de tout les personnages et leurs relations mystérieuses, je trouvais le roman plutôt intéressant. Et puis, finalement on est déjà à la moitié du roman et il ne s’est rien passé d’extraordinaire.

Certes, tout les personnages ont l’air d’avoir quelque chose à cacher. Et alors ? L’intrigue policière n’y est pas. Passé les deux tiers du roman, on y arrive enfin. Mais là encore tout s’imbrique rapidement et il n’y a pas de grande surprise.

Deux choses m’ont vraiment fait tiquer dans cette histoire. Tout d’abord, l’amitié entre le tuteur de Candace et James Latterly. Les deux hommes se connaissent depuis très peu de temps, mais M. Finbar n’a aucun problème pour demander à James de devenir le tuteur légal de Candace s’il devait lui arriver quelque chose. (c’est fou les pressentiments …)

Le second point : l’ambiance de Noël qui n’y est pas du tout. A part la fin du roman qui précise que nous sommes la veille de Noël, il n’y a rien qui rappelle Noël. Tout rappelle l’Italie : l’hôte de l’auberge, le volcan, les plats italiens, tout y est. Mais alors Noël, non pas un brin.

La relation des personnages entre eux est très curieuse. Ils se détestent tous ouvertement et on dirait qu’ils se connaissaient avant l’arrivée sur l’île car leur histoire est liée. Seul James débarque et ne connait personne. Drôle d’idée de partir en vacances de Noël dans une auberge avec des gens qu’on abhorre non ?

En bref, j’ai l’impression d’être passé à côté de cette histoire. Je m’attendais à une véritable enquête policière qui n’est jamais arrivée. Les personnages ne sont pas assez creusés à mon sens. Même James est au final assez lisse. Pour les autres, on tombe un peu dans la caricature. Si vous cherchez un roman de Noël, je ne conseillerais pas celui-ci. En matière de policier ou thriller sur ce thème, je pense qu’il en existe de plus réussi !