Avis : La servante écarlate – Margaret Atwood

ChroniquesLitterature

Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté.

Pourquoi ce livre ?

Comme beaucoup j’ai découvert ce livre suite à son adaptation en série par Hulu. Ne faisant pas exception, j’ai préféré d’abord lire le livre avant de commencer la série éponyme. Le succès de cette dernière grandissante, il fallait absolument que je me lance ! Une proposition de lecture commune de Val (pour changer ahaha) m’a enfin permis de sortir ce livre de ma PAL, et j’en suis ravie !

Mon avis

Oui c’est une dystopie. Non elle ne ressemble à aucune autre dystopie que vous auriez pu lire. J’avoue m’être un peu lassé des dystopies ces derniers mois, voire années. Tout simplement parce qu’il y en a eu trop en très peu de temps. Celle-ci est clairement sorti du lot pour plusieurs raisons.

D’abord par le style narratif : Assez perturbant au début car franchement froid, mais avec un sentiment de « reviens-y » comme si quelque chose nous poussait à toujours vouloir en savoir un peu plus sur cet univers. Alors certes, il ne se passe pas grand-chose au début. J’ai trouvé que la première moitié du livre était très descriptif et manquait d’actions. Mais aussi contradictoire que cela puisse être :  j’ai adoré détester ce nouveau monde.

Ensuite pour l’Univers et la période de transition. Pour beaucoup de dystopie, le monde est tel qu’il est pour tous les protagonistes depuis toujours. Ici, ce nouveau pays, Gilead n’a que quelques années (5 ans tout au plus il me semble), les personnages principaux étant adultes, ils ont connu le monde « d’avant » correspond à l’un de nos pays occidentaux aujourd’hui. Les personnages ont donc des souvenirs de leurs droits et libertés d’autrefois. Le regard que pose la narratrice sur son ancienne vie est d’ailleurs assez ambigüe. A la fois, un peu nostalgique mais aussi assez critique.

Parce qu’il est troublant de réalisme pour un livre écrit en 1985 ! La place de la femme est au cœur de ce roman et semble faire écho à bon nombre de problématiques actuelles. Tout parait très logique finalement et répondant à un besoin fondamental : conserver l’espèce humaine. Et pour ce faire, le gouvernement est prêt à tout. Même si cela revient à réduire certaines populations au rang d’esclaves dédiées à la procréation. Sous couvert évidemment d’une pellicule pseudo religieuse pour se donner bonne conscience !

Un défaut peut-être ?

 Si je dois lui en trouver un, ce serait la fin qui m’a totalement surprise. J’étais totalement captivée par la deuxième partie du roman et je m’attendais à une fin dans cette lignée. Lorsque j’ai tourné la dernière page, j’ai eu un goût amer, n’ayant pas eu de vraie conclusion à mon sens. Le dernier chapitre (ou est-ce plutôt un épilogue ?) m’a totalement surprise car il dénote totalement avec le reste de l’ouvrage. J’ai été un peu septique lors de ma lecture mais plus j’y pense et plus je trouve cette fin logique. Pour avoir autant d’éléments de contexte, cela aurait été difficile autrement. Alors même si j’ai été déçue et que j’en voulais plus, ça reste après réflexion une bonne fin.

Et la série alors ?

Aussitôt fini, j’ai commencé la série éponyme. J’avoue avoir même hésité à regarder la série en parallèle de ma lecture. Et heureusement je n’ai pas fait cette erreur, car certains épisodes sont un peu mélangés et on retrouve des éléments de la fin du roman dès le premier épisode !

J’ai terminé il y a peu la première saison de la série et je dois avouer que j’ai autant adoré la série que le livre ! Bien sûr quelques libertés ont été prise mais elles restent légères et peu significatives par rapport à la trame principale de l’histoire. J’adore avoir plus de détails sur cet Univers et que les similitudes avec notre actualité soient encore plus présentes. Un vrai travail artistique a été fait sur cette série : aussi bien sur les images que sur les expressions corporelles des personnages (mention spéciale pour les actrices Elisabeth Moss et Alexis Bledel). Pas étonnant que la série est raflée autant de récompenses !

En conclusion, je continue avec plaisir la saison 2 qui donnera certainement une vraie suite au livre telle que je l’attendais. Le combo gagnant donc !

Je recommande ?

A 100% je recommande aussi bien le livre que la série ! Lisez le livre avant de découvrir la série c’est mieux (comme toujours non ?). Que vous soyez un homme ou une femme, ce livre mérite d’être lu par tous. Léger avertissement toutefois sur l’âge, certaines scènes peuvent être violentes et à caractères sexuelles donc à déconseiller aux plus jeunes (surtout sur la série).

 

  • valou

    Billet enfin rédigé chez moi, il sortira mardi ! Comme toi, la fin m’a laissé un goût étrange… Tout comme l’ensemble du roman d’ailleurs pour d’autres raisons. Je redoute un peu de voir la série tant ce roman m’a angoissé. Je ne vis pas sereinement ^^
    Une bonne découverte en tout cas, et j’espère lire d’autres romans de cet auteur d’ici la fin de l’année !

    • ahh j’ai hâte de voir ça !! J’ai Captive et oeil de chat dans ma PAL si une autre lecture commune sur cette auteure te tente 😉